Home / Décryptage / Le premier ministre du Canada Trudeau détaille officiellement la mise en place du Communisme 2.0 d’ici 2030 sous le prétexte sanitaire

Le premier ministre du Canada Trudeau détaille officiellement la mise en place du Communisme 2.0 d’ici 2030 sous le prétexte sanitaire

Captain Harlock
Démocratie Participative
18 novembre 2020

 

Lors d’une conférence virtuelle de l’ONU il y a quelques semaines, Trudeau a recraché mot pour mot les slogans de l’agenda néo-communiste du Forum Economique Mondial de Davos, le « Great Reset » (Grand Redémarrage).

A partir de 2:00′, Trudeau dit :

…Cette pandémie offre une opportunité pour un reset, c’est notre chance pour accélérer nos efforts pré-pandémie pour réimaginer nos systèmes économiques pour qu’ils résolvent les défis globaux comme la pauvreté extrême, l’inégalité et le changement climatique […] reconstruire mieux signifie soutenir les plus vulnérables tout en maintenant notre dynamique pour atteindre l’agenda 2030… »

L’agenda 2030 n’est rien d’autre que le communisme avec l’internet.

Le Forum Economique de Davos, une plateforme internationale d’idéologues socialistes soutenue par les plus grands oligarques du monde occidental, veut parachever la restructuration complète de l’économie occidentale d’ici 2030. On y trouve des malades mentaux comme cette vipère lubrique de Thomas Piketty.

Ce type est une caricature.

La terreur sanitaire autour du Covid19 vise à forcer les populations à se soumettre à cet agenda. Cet agenda est assez simple à comprendre : d’ici 2030, la propriété privée aura été abolie, tout sera étatisé et vous serez sous la surveillance permanente du système politique central qui saura tout sur vous.

« Bienvenue en 2030. Je ne possède rien, je n’ai pas de vie privée et je n’ai jamais été si bien. »

Le putsch contre Trump aux Etats-Unis doit permettre de mettre en place cette révolution néo-communiste digitale qui passe par la destruction des petits propriétaires et d’un grand nombre de PMI-PME. Comme ce qui se déroule actuellement en Europe. Encore une fois, ces faillites de masse des petites et moyennes entreprises ne sont pas des « dommages collatéraux » générés par cette pandémie imaginaire, cela fait partie du plan. Si ces PMI-PME ne se révoltent pas maintenant, elles seront anéanties.

Le but de ce plan consiste pour l’hyperclasse à agir préventivement avant l’inévitable défaut des états occidentaux sur leurs dettes souveraines et éviter la révolution qu’entraînerait la fin de tous les programmes sociaux (sécurité sociale, retraites, etc.) grâce auxquels elle contrôle les populations. L’hyperclasse a donc décidé de basculer dans la collectivisation totale sous sa supervision.

Le véhicule technologique pour y parvenir est l’Euro numérique. Tous les capitaux de l’Eurozone seront progressivement versés sur les comptes de la Banque Centrale Européenne. Les banques privées surendettées n’auront plus besoin d’être renflouées lorsqu’elles feront défaut, la BCE les ayant remplacé. La BCE pourra alors macro et micro manager l’économie de l’Eurozone. Elle créera directement de l’argent digital et le versera sur les comptes des particuliers au titre d’un « revenu de base universel ». Grâce à l’utilisation de la Blockchain, la BCE contrôlera tous les mouvements d’argent, du plus petit au plus grand, et pourra ainsi empêcher la fuite des capitaux hors du système, que ce soit par l’épargne, la détention d’espèce, l’évasion fiscale ou le placement à l’étranger.

Grâce à l’Euro numérique, les technocrates socialistes pensent pouvoir contrôler la vélocité de la monnaie comme on contrôle le débit d’un robinet. La vélocité de la monnaie, c’est-à-dire la vitesse à laquelle l’argent circule dans une économie, traduit le dynamisme de cette économie. Une économie en crise est une économie où la vitesse de circulation de l’argent baisse en raison du refus des gens d’acheter ou d’investir parce qu’ils ont perdu en visibilité, donc en confiance. Les taux zéro de la BCE adoptés en 2013 pour pénaliser l’épargne n’ont pas permis de forcer les gens à dépenser, la BCE passe donc au modèle de l’économie collectivisée verticale.

Ces technocrates socialistes pensent que c’est à cause des gens si la monnaie ne circule pas assez vite. Ils veulent donc mettre en place un système monétaire digital qui leur permette de forcer les gens à faire circuler la monnaie, ignorant totalement que si les gens n’investissent pas ou ne dépensent pas, c’est parce que leur confiance dans le système et en l’avenir s’est effondrée. Pour l’hyperclasse, si le système ne fonctionne pas, c’est à cause des populations qui ne se comportent pas comme elles doivent se comporter.

Le nouveau système sera un circuit fermé où tout sera surveillé, la suspicion de l’hyperclasse se transformera en paranoïa pure. Ce qui l’amènera obligatoirement à créer un énorme appareil de surveillance et de répression comme en sont dotés tous les systèmes communistes. Il sera impossible de sortir physiquement de l’Eurozone, les voyages étant pour ainsi dire bannis comme ils étaient pour l’essentiel bannis dans l’ancien bloc de l’Est communiste.

Quoi faire ?

Dans ce système, vous pourrez être affamé du jour au lendemain. Il suffira à l’Etat-Parti de fermer votre portefeuille auprès de la BCE et vous ne pourrez plus rien acheter, nulle part. Ce système va donc inévitablement forcer les gens à recourir au troc, à défaut d’utiliser des espèces en euros ou des métaux précieux.

Avec ce système de portefeuille digital, la bureaucratie de l’Etat-Parti pourra en outre donner de l’argent aux gens qu’il sélectionnera, à sa discrétion. Il va bien évidemment subventionner de cette façon les catégories qui lui sont politiquement acquises. La corruption va atteindre des sommets gigantesques avec la création d’une nomenklatura omnipotente.

Au moindre signe d’agitation dans la population, toute une série de mesures coercitives seront adoptées pour éliminer les opposants en tant que « contre-révolutionnaires ». Exactement comme les paysans ukrainiens ont été détruits par la famine sous la supervision des commissaires juifs de l’URSS. La seule menace d’un débranchement numérique sera suffisant pour faire régner la terreur rouge.

Quant aux élections, vous pouvez les oublier. Soit elles seront purement et simplement suspendues pour cause de « pandémie », soit elles seront truquées grâce au vote par correspondance comme aux Etats-Unis.

Actuellement, nous n’avons plus qu’un espoir : Donald Trump.

C’est le dernier obstacle sur la route de ces gens pour le contrôle absolu. En Europe, la structure même de l’Union Européenne fait qu’ils sont déjà au pouvoir. Mais pour que le plan puisse pleinement être déployé, ces conspirateurs ont besoin de contrôler la Maison Blanche, c’est-à-dire la branche exécutive de l’état fédéral américain. Trump ne veut pas de confinement total car il est parfaitement renseigné sur son objectif réel : détruire l’économie privée et construire le communisme 2.0.

Si vous ne voulez pas ou ne pouvez pas quitter la France, quittez impérativement les grands centres urbains. Retirez-vous dans les zones rurales même si cela offre moins de « divertissements » ou de facilités. Préférablement, non loin d’une frontière avec d’autres états européens.

Ensuite, veillez à pouvoir vous fournir en nourriture en cultivant vous-mêmes ce dont vous avez besoin. Vous pouvez vous rapprocher des producteurs locaux pour vous procurer ce qui vous manque.

Vous devriez également vous familiariser avec les systèmes de communication à l’ancienne type CB.

En ce qui concerne les espèces pour les échanges futurs, vous pouvez essayer de vous procurer des pièces en argent. Le dollar reste une option mais si Biden s’empare de la Maison Blanche, il sera très probablement digitalisé sur le modèle de l’Euro. Il faut donc attendre pour savoir de quoi il retourne. Retirez un maximum de vos capitaux de l’Eurozone (de vos banques) pour les protéger de la collectivisation.

N’oubliez pas : la décennie 2020-2030 est la décennie du judéo-bolchevisme total en Occident. Ces gens iront jusqu’au bout. Il faudra qu’ils soient renversés par une révolution populaire et anti-marxiste pour mettre un terme au cauchemar qui prend progressivement forme. Il n’y a plus de retour en arrière possible.

Commentez l’article sur EELB.su